Buren toutes voiles dehors et en treize couleurs à la Fondation Louis Vuitton

Daniel Buren n’est jamais aussi pertinent que lorsqu’il investit un lieu pour y déployer un travail in-situ. C’est là le cœur de sa réflexion depuis des décennies : partir d’un « étant donné », d’une situation architecturale avec tout ce qu’elle induit au delà de sa forme (fonction symbolique et attribution, implantation géographique, …).
« L’observatoire de la lumière », pièce in-situ conçue pour la Fondation Louis Vuitton n’échappe pas à cette logique.

Avant que la Fondation ne soit inaugurée (2014), Frank Gehry avait sollicité Daniel Buren. Il lui proposait d’investir les voiles et les terrasses du bâtiment en imaginant des drapeaux. Une proposition sans doute un peu trop « ficelée » à laquelle Buren avait répondu qu’il voyait plutôt une intervention directe sur les verrières…
L’architecte souhaitant que le bâtiment ne soit pas court-circuité par une œuvre qui risquait d’en perturber la première lecture a coupé court au projet.
Depuis quelques jours l’intervention de Daniel Buren se déploie sur les 12 voiles de l’édifice (13 600m2) dont les 3600 verres sont recouverts de filtres colorés. Une vitre sur 6 est recouverte de bandes de 8,7 cm de large posées perpendiculairement par rapport au sol. L’ensemble d’emblée est séduisant et efficace, mais la subtilité du projet se révèle pleinement au niveau des terrasses de la Fondation. Par temps ensoleillé, les filtres projettent la couleur à l’intérieur et à l’extérieur du bâtiment, le transformant en gigantesque nef de cathédrale. Mais la pièce n’a cependant pas été uniquement conçue pour cette perception optimale. L’observatoire de la lumière, comme son intitulé l’indique est pensé pour réagir aux saisons, il est en place pour une année ce qui permettra de le voir sous toutes les luminosités possibles.
Daniel Buren en cela pense l’œuvre comme Claude Monet en son temps lorsqu’il peignait la Cathédrale de Rouen ou les Nymphéas de son étang de Giverny sous différentes lumières et saisons.
C’est cependant à Henri Matisse et à Robert Delaunay que l’artiste s’est référé, évoquant lors de la présentation de son installation, la relation de son travail avec la notion de décoratif.



Daniel Buren « L’observatoire de la lumière »
Fondation Louis Vuitton
8, avenue du Mahatma Gandhi
Bois de Boulogne
75116 paris