La campagne qui fait mouche

Découverte hier sur les quais du métro parisien une campagne d’affichage dont le parti-pris déplace l’esthétique et le propos qui s’appliquent à la communication de l’univers du luxe.
Pour promouvoir ses nouvelles boutiques parisiennes dédiées au parfum et à la beauté, CHANEL a choisi la forme du manifeste.
Communication minimaliste en bichromie : typographie noire sur fond de couleur faisant subtilement écho au produit mentionné, et slogans flirtant non sans humour avec le second degré.
img_9842À l’exact opposé d’un effet de communication ces affiches s’inscrivent dans une interprétation contemporaine des fondamentaux énoncés par Mademoiselle Chanel dès le début des années 1920 alors qu’elle lance ses premiers parfums et cosmétiques rompant avec les codes en vigueur en ce début de siècle : elle ose et impose les emballages sobres, le graphisme épuré, des intitulés ramenés à des numéros de matricules : 5, 22, 19 … La Bichromie des cartonnages et emballages blancs soulignés de noir, une forme d’abstraction et une dimension conceptuelle que lui inspirent ses amis artistes et écrivains tous engagés dans les avant-gardes de son époque (cubistes, dadaïstes, constructivistes) : une révolution signée CHANEL.
Sur les quais du métro, la marque fait encore une fois la démonstration de ses capacités à prendre quelques bonnes longueurs d’avance sur ses concurrentes…

Une réflexion sur “La campagne qui fait mouche

  1. Séverine DURAND-GASSELIN dit :

    Moi aussi, j’ai été sidérée par cette pub! Merci d’avoir argumenté le sujet: cela m’a permis de comprendre ma sidération…
    Bonne « Rentrée »!
    Bien amicalement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *